Les différents styles de management

styles-de-management

Le management regroupe un ensemble de processus visant à assurer et à diriger les activités d’un groupe au sein d’une organisation. Planification, pilotage, coordination des hommes comme des ressources, contrôle…

Tous ces éléments sont indispensables à la réussite d’une entreprise, quelle qu’elle soit et quel que soit le niveau auquel est appliqué le management. Les objectifs du management se situent autant au niveau opérationnel que stratégique. Mais il existe différentes façons de manager un groupe.

 

Pourquoi il y a différents styles de management ?

En fonction du contexte, du marché, de l’entreprise et de sa philosophie, il peut exister différentes manières de piloter un groupe vers ses objectifs. Le psychologue américain, Rensis Likert distingue quatre grands types de management ; le management directif, le management persuasif, le management délégatif et le management participatif.

 

Le management directif

Le management directif est aussi nommé management autoritaire, une dénomination qui éclaire sans doute plus sur la réalité du terrain de ce type de management. Ici, l’autorité ne peut être remise en question et le dialogue est une préoccupation subalterne. L’objectif ; c’est justement l’objectif ! Les directives sont strictes et confinent plus à des ordres qu’à des encouragements. La prime est donnée à l’organisation et à la verticalité. Un seul but : des résultats !

Ce type de management est malgré tout difficile à tenir sur la durée, le stress des collaborateurs en face d’un supérieur hiérarchique autoritaire faisant régulièrement de dégâts, sans parler de la baisse de motivation due à un cruel manque d’empathie.

Toutefois, le management directif peut être utilisé dans certains contextes ou de manière sporadique. Précisons également que tous les managers n’ont pas le charisme naturel pour endosser le rôle du manager directif. Outre une autorité naturelle et un charisme jamais remis en question, le manager directif doit faire preuve d’un grand pragmatisme sur le terrain.

 

Le management persuasif

Autre vision, autre façon de manager. Le management persuasif s’appuie sur une forme de paternalisme. Certes, les résultats sont importants voire primordiaux, mais le manager persuasif considère qu’ils ne pourront être atteints sans un minimum de bienveillance vis-à-vis des collaborateurs. L’objectif est donc de fédérer les équipes autour d’un objectif commun, à l’intérieur d’un cadre parfaitement défini.

Bien que conservant la décision finale en toute circonstance, le manager persuasif reste à l’écoute de ses collaborateurs, dans leurs questionnements comme dans leurs suggestions. Avant tout emprunt de pédagogie, le management persuasif s’assure que toutes et tous ont bien compris les directives, pour mieux les assimiler et les appliquer.

Ses moteurs sont la persuasion, la motivation et l’adhésion au projet. C’est un type de management très structuré qui, bien que plus à l’écoute des employés et collaborateurs que le management directif, n’offre que peu de libertés aux salariés.

 

Le management délégatif

Le rôle du manager délégatif est plus stratégique qu’opérationnel. Ici, les salariés sont impliqués dès le départ de chaque projet et sont libres d’émettre leurs opinions et leurs suggestions à chaque étape. Les avantages sont indéniables ; les salariés sont plus impliqués, plus motivés et jouissent à la fois de plus de responsabilités et de libertés. Le manager, quant à lui, reste en retrait mais disponible pour chacun et chacune. Il délègue et responsabilise.

Malgré tout, pour que ce type de management fonctionne parfaitement, les salariés doivent se sentir rassurés par leur manager, qui doit être capable d’intervenir à tous les niveaux opérationnels. Sans quoi, le degré de responsabilité en période de tension peut largement nuire au bien-être des salariés.

 

Le management participatif

Le management participatif est le type de management qui a le vent en poupe. Ici, ce n’est pas le résultat qui est au centre mais bien l’humain, le résultat n’étant finalement qu’une conséquence secondaire positive de la cohésion du groupe.

Toutes les décisions, y compris les décisions stratégiques, se prennent ensemble, dans un mangement horizontal ou transversal, effaçant les codes hiérarchiques et privilégiant l’intelligence collective.

Dans un management de ce type, lépanouissement personnel de chaque collaborateur a autant d’importance que les résultats de l’entreprise. Le rôle du manager est donc avant tout un rôle de psy, de soutien, de coach… Il doit instaurer un climat de confiance et une atmosphère de travail sereine. Chacun est responsable de ses tâches et la bienveillance et l’esprit d’équipe règnent sans controverse.

Toutefois, pour parvenir à ses fins, le manager participatif doit pouvoir ne pas se laisser déborder par les personnalités fortes de ses équipes, sous peine de chaos au sein de l’entreprise.
Si cette liberté favorise la créativité et donc l’innovation, l’équilibre est parfois précaire entre efficacité et « bordel plus ou moins organisé ».

Picto-Contact

Un projet en perspective ?
Contactez Timoa Group >

 

Vous recrutez ?

Timoa Group expert en recrutement vous accompagne et vous conseille.

Les dernières actus

    Gestion des Talents
  • Les compétences essentielles pour une Gestion des Talents efficace
  • Management de Transition
  • Management de Transition : une solution flexible face aux changements organisationnels
  • Executive Search
  • L’Executive Search pour un recrutement réussi : stratégies et bonnes pratiques

Vous recrutez ?

Timoa Group expert en recrutement vous accompagne et vous conseille.

Continuez de lire

Articles dans la même catégorie

Gestion des Talents

Les compétences essentielles pour une Gestion des Talents efficace

Management de Transition

Management de Transition : une solution flexible face aux changements organisationnels

Executive Search

L’Executive Search pour un recrutement réussi : stratégies et bonnes pratiques